BR _AFFICHE.jpg

BROUTILLES

Tout public dès 3 ans

Un spectacle à partir d’un choix d’albums qui parlent de petits faits,

de petites choses, de petits évènements sans importance…

Sans importance, vraiment ?

Sans importance pour qui ?

Pourquoi ?

Un chagrin d’enfant, sans importance, vraiment ?

Et cette mauvaise humeur qu’on refile aux autres parce qu’on mal dormi ?

Et toutes ces questions essentielles auxquelles on cherche des réponses ?

Et ce nuage qu’on voudrait attraper, enfermer, garder rien que pour soi ?

Et cette gigantesque petite chose que l’on passe sa vie à chercher…

Sans importance ?

Mais aussi…

Cette envie impérative de s’habiller tout seul !

Ce si joli petit chapeau auquel on tient tant et qu’on a perdu…

Et ce grand plongeon qu’on n’hésite à faire devant les autres…

Sans importance ?

Tristesse, peur, honte, colère, dégoût, étonnement, fierté, amour, joie…

Toutes ces émotions qui nous traversent, qui nous animent.

Émotions à reconnaître, à nommer et à partager…

Tête à tête

TÊTE-À-TÊTE

Pour tout ceux qui s'aiment

- ou pas -

de 6 à 106 ans

Anne-Marie Collin et André Loncin vous proposent de découvrir un choix d’albums – surprenants, drôles et émouvants – sur les nombreux visages de l’amour.

Ils vous donneront à voir et à entendre : Tête à Tête de Geert de Kockere et Klaas Verplancke, L’Ours et l’enquiquineuse de Bonny Becker et Kady Macdonald Denton, L’amoureux de Rebecca Dautremer, Mon amour de Paul Cox, La folle allure de Christian Bobin, L’amour qu’on porte de Jo Hoestlandt, La pluie est amoureuse du ruisseau de David Dumortier et Julia Chausson...

Et tout finira, comme il se doit, en chanson avec La complainte du progrès de Boris Vian.

C’est quoi l’amour ? Comment parler d’amour aux enfants ? Loin des clichés et des images convenues, Le Petit Théâtre aborde la question avec humour, émotion, dérision, fantaisie et gravité.

TÉLÉRAMA TTT

Un spectacle qui rend léger, joyeux,

qui émeut et qui se partage à tout âge.

 

Françoise Sabatier-Morel

COUTE AFFICHE_2.jpg

LES CERVELLES MOLLES

Public adulte

Gaston Couté

1880-1911

Une personnalité hors du commun, ce Gaston Couté... Il ne figure dans aucune anthologie mais, pourtant, occupe une place primor diale dans la poésie populaire. Dans la lignée de François Villon, Gaston Couté, poète paysan et poète social, donne très vite le meilleur de lui-même, puis victime de la vie de bohème et des privations, meurt à 31 ans, en laissant à ses frères humains un recueil de poèmes : "La chanson d’un gâs qu’a mal tourné".

"Gaston Couté écrit en patois beauceron – son parler m’est singulièrement familier. Au point qu’il me semble entendre parler les gens de chez moi. Je ne vous garantirai pas la justesse de mon parler beauceron. Mais peu importe ! Je vous garantis, en revanche, que mon Gaston Couté, celui que je vais vous donner à entendre, a bel et bien traversé le Pays de Herve... Et ce pays-là, je le connais bien.

André LONCIN

Je déballe mon attirail n’importe où, que ce soit dans un salon, dans une grange, « dans un ateyier ou dans un burieau », pourquoi pas, dans une médiathèque, voire même dans un théâtre.
Si tel est le cas, le plateau sera nu ou pendrillonné de noir selon l’état des murs de la cage de scène et nous vous communiquerons le plan de feux qui complètera notre propre installation.

Encore l'art po_edited.jpg

ENCORE L'ART PO

Tout public dès 11 ans

L'O à la bouche...

Le voilà qui rapplique, le magicien des mots, le clown de la poétique.

Pour notre plus grand plaisir, et pour le sien, il déballe tout l’attirail du parfait petit bricoleur de la litté-rature et fait trembler la toile du langage, dans les mailles de laquelle nous nous débattons tant bien que mal.

Une chansonnette par-ci, une pitrerie par-là, il prête à rire et donne à pleurer.

Il y a quelque chose qui beugle en lui, et aussi une petite voix, toute petite, comme celle d’un zoiseau. Il cause, il cause, c’est tout ce qu’il sait faire ! Mais il cause avec gourmandise : il saisit les mots du bout des douas et vous les assaisonne à sa façon, il les savoure et vous met l’O à la bouche